h1

Un coup parti

28 janvier 2007

Pour rester dans le thème. Ensuite j’arrête avant de devenir le refuge d’une trallée de chauves-souris.

Cette semaine, mon prof de Gribouillage Universitaire Quelconque II a parlé, pour donner un exemple de description fixe, du Dormeur du Val, ce joli poème de Rimbaud.

Ça m’a rappelé un examen final de français, en secondaire IV ou V, où on nous l’avait donné à disséquer. Une compagne de classe n’avait pas apprécié que je conteste le bien-fondé de son analyse. À savoir: de toute évidence, le jeune homme du poème, avec ses « deux trous au côté droit », avait été mordu par un vampire.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :