h1

Bonne nuit, les enfants

17 février 2007

Les enfants des années soixante avaient des choses autrement plus substantielles à se mettre dans la tête que les aventures gnagna de Caillou et Shilvi. J’ai trouvé une pile de vieux livres pour enfants au sous-sol de mon immeuble. D’authentiques et hallucinantes vieilles choses dont aucun pédopsychologue n’a jamais songé à se mêler.

Bears on Wheels, Stan & Jan Berenstain, 1969. De souriantes créatures aux pattes griffues, peignées comme les Beatles, font un usage de plus en plus périlleux d’un monocyle, par exemple en se pitchant dessus du haut d’un arbre, voire d’un immeuble de quatre étages, à coups de 5-6 personnes. Aucun casque en vue. (Évanouissement de la mère 2007 type).

See you later, Alligator. Norma M. Charles, 1974. Allie Alligator et Corky Crocodile sont les meilleurs amis du monde jusqu’à ce qu’Allie s’achète des pichous bleus. Corky réplique en s’achetant des pichous rouges et des bas, ce qui mène à une usante surenchère de guenille jusqu’à ce que les deux amis décident de se foutre à poil comme dans le bon vieux temps. (Indignation de la mère 2007 type.)

ABC, Dr. Seuss, 1963.(En passant, ne pas confondre Dr. Seuss et Dr. Zaius). Mon préféré. Les tout-petits se font guider à travers des phrases sur l’alphabet totalement délirantes, par exemple, à la lettre O, « Oscar’s only ostridge oiled an orange owl today » (illustration à l’appui). Tout ça pour apprendre à la dernière page que le narrateur n’était autre qu’un Zizzer-Zazzer-Zuzz, un gros monstre rose à gueule de dragon. (Cris perçants de l’héritier, pétition de la mère type 2007 à Paul Arcand).

J’envie les vieux Xers anglophones qui ont nourri leur imagination à cette libre école alors que j’ai dû me contenter mon tour venu de plates histoires édulcorées. Évidemment, j’aurais hurlé de terreur moi aussi en voyant la traître bête, mais faut dire que j’étais une enfant particulièrement impressionnable.

Et vous? Y a des livres qui ont marqué votre enfance?

Publicités

3 commentaires

  1. Un livre où un poussin mangeait des insectes. Les images étaient terrifiantes. J’ai retrouvé le livre 25 ans plus tard et j’ai découvert que les images étaient imprimées dans mon cerveau. J’avais encore peur, sans comprendre pourquoi!
    Tous ces morts…


  2. Que dire de ces histoires pour enfants:

    http://www.naughtykitty.org/struwwelpeter2.html


  3. nestor, même aujourd’hui, la perspective de voir n’importe quelle créature absorber des insectes provoque en moi une certaine angoisse. Surtout des vers de terre. Vous avez ma sympathie.

    Korusa: aaaaaaaaaaaahhhhhhhh!!! Euh, je veux dire, hahaha, cool. Je pensais que le Bonhomme Sept Heures était le degré zéro du principe pédagogique. I stand corrected.

    Merci de votre visite.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :