h1

Chronique d’une décrépitude annoncée

8 mai 2007

Une chose qui m’emmerde, avec la trentaine, c’est que mes seins rêveurs commencent à regarder le monde en face.

Publicités

5 commentaires

  1. C’est joliment dit !


  2. Merci. C’est moins joliment vécu.


  3. Profite de ce qui te reste, parce l’allaitement est encore plus sans pitié que la trentaine…


  4. J’ai soudainement peur. Deux allaitements. Bientôt la trentaine. Je vais me rouler en boule dans un coin pour hurler mon désespoir.


  5. J’ai de la compassion. J’espère que savoir que certain dimanche vous allez avoir droit à des becs baveux et des « ze t’aime maman » écrits en brillants dans des jolies cartes croches, ça compense un p’tit peu. 😉

    Ah non, catounette, je ne voulais pas te contaminer avec ma crise! Lève-toi de ce coin, j’ai vu Nietsche s’y gratter et s’y licher tout à l’heure. Et ne me fait pas réitérer mon admiration pour ta fabuleuse paire, les gens vont devenir suspicieux.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :