h1

The Mysterious Case of the Third Plaster

3 juillet 2007

J’ai une excellente mémoire. Une mémoire pleine de choses roses et grises. Un peu trop pleine. Parfois ma mémoire connaît des ratés et envoit promener quelques menues informations par-dessus bord. Tête de gruyère, c’est ma condition. Y a des choses qui disparaissent par les trous.

Hier soir, je n’ai pas pu m’empêcher de faire remarquer à mon invité mes deux doigts plasterisés. Une coupure de vaisselle. Et une protection préventive contre la nervosité qui maintient mon pouce gauche semi-cicatriciel depuis 2001.

Plus tard au cours de la soirée, en me lavant les mains, j’ai porté atteinte à l’adhésif du plaster sur mon index gauche. Fine. Décolle. Kin, à la poubelle, le cheapozoïde pas waterproof.

Et je suis retournée vaquer à mes devoirs de parfaite petite maîtresse de maison (ha!).

Avec… deux plasters. L’auriculaire droit (coupure). Le pouce gauche (protection).

Je n’ai aucune idée de quand, comment et pourquoi je me suis retrouvée avec un plaster sur l’index gauche. Je tiens à souligner le flegme admirable de mon hôte lorsque, en désespoir de cause, je lui ai posé la question.

Vos hypothèses rationnelles ou farfelues (mais surtout farfelues) sont les bienvenues.

***
Les fâcheux qui me suggèreront d’aller voir un neurologue n’ont pas le sens de la poésie. Ma tête est un fromage suisse capricieux. Ma tête est un ordi qui déconne. Ma tête est un tamis élitiste, qui dompe dédaigneusement le banal pour faire de la place à l’important.

Publicités

3 commentaires

  1. Le plaster sur l’index gauche… Ma grand-mère me racontais cette histoire quand j’étais jeune…mais je croyais que c’était simplement un conte inventé pour faire peur pour enfants.

    Voilà. Elle s’appelait Florgertrude. Mais tout le monde l’appelait Gigi, par politesse. C’était une femme redoutable. Une mégère sans pair. À l’époque, les femmes étaient éduquées pour accomplir trois choses: plaire, se taire et satisfaire. Mais Gigi, elle, était convaincue qu’une paire d’ovaires ne l’empêcherait pas de débattre, combattre et abattre.
    Surtout, rien ne pouvait l’empêcher de pointer son index gauche dans la face des hommes bien placés et bien assis. Car c’est comme ça qu’elle lançait ses batailles. En pointant son doigts et s’exclamant: « Toi, làlà… »

    Un jour, Gigi s’attaqua à la mauvaise personne. Un gros ministre bien nourri. Celui-ci, voyant un morceau de viande en forme de saucisson balançant devant sa bouche a fait la seule chose qu’il savait faire dans ces situations: il le mordit. Gigi poussa un cri de douleur, de colère et d’indignation et retira son doigt. Elle y place ensuite un plaster.

    Or, le ministre était atteint de rage. Gigi a donc été contaminée par cette morsure et rendit âme au crépuscule.

    Cependant, on raconte qu’elle revient encore hanter les vivants pour leur rappeler l’importance de chialer pour un rien et se révolter pour un tout, en leur collant, à leu insu, un plaster sur l’index gauche.


  2. Hahahahahahahahahahaha!

    Le spectre de Gigi n’a pas fini de me hanter: je n’ai plus le goût ni de chialer, ni de me révolter. Sauf contre la météo, épisodiquement.


  3. C’est l’histoire d’un petit garçon et d’une petite fille qui s’imagine toutes sortes d’affaires dans le Pont de Thilabathia ou quelque chose comme ça et la tite fille pour se rappeler d’amener toutes sortes de choses dans leur repère secret n’avait qu’un seul moyen et c’était le sparadrap sur un doigt de la main gauche et comme d’adon c’était sur l’index gauche; si vous prenez la peine d’aller vérifier au film, ce n’est pas tout à fait dans l’histoire but dans leur monde imaginaire et dans le nôtre itou c’est possible mais je me rend compte que j’ai perdu le fil mais qu’à celà ne tienne, les bottines à quatre trous n’ont pas été faites avec des broches de bicycles.



Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :