Archive for the ‘Divers’ Category

h1

Paradigme

13 mars 2009

Texte présenté au Cabaret des auteurs du dimanche le 8 mars 2009. Thème: Paradigme. Concept: échange de correspondance. Comparse: Martin Petit.

Lettre de Lorraine Lorrain à Édouard Lefol

Bonjour,

J’ai bien reçu la première version de votre mémoire de maîtrise en sociologie. Votre directeur de maîtrise, le professeur Flickentrüd, est en congé de maladie. Il m’a donc demandé de superviser vos travaux.

Bien que vous affirmiez avec enthousiasme que votre mémoire serait prêt à déposer « tel quel », je pense qu’un ou deux aspects de votre démarche académique mériterait d’abord des approfondissements. Rien de grave, rassurez-vous.

Ainsi, à la page 72, quand vous affirmez que « les trois quarts des problèmes sociaux du Québec pourraient être réglés facilement par l’élimination du financement des groupes de femmes », il me semblerait plus probant d’étayer cette thèse par des ouvrages supplémentaires. Pour l’instant, votre seule autorité semble être un dépliant de Fathers For Justice. De la même façon, quand vous prônez, à la page 88, la création d’une « Commission nationale pour la reproduction sélective », l’ensemble de vos références remontent à la période 1921-1938. Je voudrais simplement vous sensibiliser à l’accueil plus ou moins favorable réservé aux thèses eugénistes depuis la Deuxième Guerre Mondiale.

En ce qui concerne la forme, je tiens à mentionner que, n’ayant pas fait d’études classiques, je ne lis pas le latin. Je ne saurais donc analyser en profondeur les pages 37 à 54 où vous dites réfuter Cicéron lorsqu’il défend, à tort selon vous, la supériorité de la République sur la tyrannie. Toutefois, mon fils, qui est graphiste, m’a informé que le Lorem Ipsum Dolar Sit Amet qui revient régulièrement dans cette partie de votre mémoire est utilisé dans son domaine aux seules fins de combler des espaces. Sans doute s’agit-il d’un raté de votre logiciel de traitement de texte auquel il vous serait loisible de remédier.

N’hésitez pas à communiquer avec moi pour toute question ou commentaire,

Lorraine Lorrain, chargée de cours
Département de sociologie
Université du Québec en Déficit

Réponse d’Édouard Lefol à Lorraine Lorrain

Madame Lorrain,

Peut-être l’ignoriez vous, avez vous oublier, mais nous fêterons le 8 mars prochain, le 3ème anniversaire de mon expulsion de l’université grâce au sabotage féministe que vous avez savamment orchestré, ou devrait-on dire, sauvagement or-castré.

Comment oublié le perfide plaisir avec lequel vous vous êtes acharnée sur mon mémoire Les hommes et les enfants d’abord.

J’eu beau plaider ma cause au recteur, votre travail de saccage était déjà commencé. On connaît la suite, une femme se doit de faire couler du sang une fois par mois, et ce fut moi qui fut sacrifié pour satisfaire le lobby lesbien.

J’ai su que j’avais à faire avec la crème des succubes quand vous avez sortit votre livre « Marc Lépine n’est pas mort » (pour lequel vous avez pigé sans vergogne dans mon mémoire sans m’en demander permission), culminant avec votre passage à Tout le monde en parle y allant de vos «talibans en skidoo» «impuissants du cortex» et autres « gros macho petit cerveaux » pour faire rigoler ce désolant cercle des fermières pour hommes roses du plateau du plateau Mont-Royal.

Cela fait donc trois bonnes années à rire de moi sur toutes les tribunes sans que je ne puisse répondre. Et quand on m’offre des tribunes pour faire valoir mon point de vue, comme ce fut le cas lorsque Dieudonné m’invita à monter sur scène avec lui, c’est pour ensuite mieux me faire rentrer dedans par Richard Martineau via ses 14 plateformes médiatiques intégrés.

Mais voilà que ces trois années à servir de morceau de viande frais pour les chiennes de garde de la pensée unique à Payette. (Payette l’ex ministre), ces trois années prennent fin aujourd’hui avec cette lettre d’éviction.

J’ai effectivement le plaisir de vous annoncer que je viens de me porter acquéreur de l’immeuble que vous louez présentement et de faire valoir mon droit d’offrir votre logement à un membre de ma famille.

Vous, votre fils, vos chats et votre mépris devez donc avoir quitter les lieux le 1 juillet. D’ici là, puisque les bons comptes font les bons amis, veuillez maintenant faire vos chèques mensuels à l’intention de Édouard Lefol.

Sans rancune.

Réponse de Lorraine Lorrain à Édouard Lefol

Bonjour M. Lefol,

Depuis votre dernière lettre, j’ai appris plusieurs faits que, comme nouvelle chargée de cours, j’ignorais totalement. Notamment, votre expulsion de l’université et les circonstances regrettables entourant le burnout du professeur Flickentrüd.

Ma fille, qui est psychiatre, estime que votre lettre témoigne d’un délire paraphrénique semi-dissociatif reposant sur un trouble narcissique à tendance paranoïaque. Elle pense que de vous confronter dans vos illusions pourrait aggraver sévèrement votre condition.

Toutefois, ma fille, comme le reste de la génération Y, est beaucoup trop pessimiste. Je prendrai donc le risque de vous dire que, bien qu’ayant effectivement publié un livre sur les victimes de Polytechnique, je n’ai jamais plagié le mémoire que vous avez tenté 16 fois de déposer au département (si j’en crois votre dossier) et je ne suis pas à la tête d’une kaballe féministe menée contre vous.

C’est fort probablement la célébration annuelle d’une Journée de la Femme coincidant avec votre expulsion qui vous travaille. De plus, si vous êtes comme moi, vous êdevez être affecté par la décroissance de la lumière matinale imputable au fait que nous avons avancé l’heure. J’aimerais vous mentionner que ça me fait très plaisir que, parmi toutes les émanations de votre cerveau malade, il y ait une vision de moi à Tout le Monde en parle. J’en suis très flattée.

Concernant votre soi-disant « avis d’expulsion », mon propriétaire m’a montré votre offre d’achat, rédigée au crayon de cire sur une napkin sale, et qui semblait avoir été mastiquée. Votre entrée pour le moins brusque par la fenêtre de son salon lui a fait très peur. En passant, la « notaire » devant laquelle il a fait semblant de passer l’acte de vente pour que vous acceptiez de partir était Jade, sa petite-fille de trois ans. D’ailleurs, si vous consultez votre copie, vous verrez que les témoins présents pour la transaction étaient Nounours et Dora l’exploratrice.

J’imagine que vous croyez sincèrement être mon propriétaire, ou qu’il s’agissait d’un subterfuge pour échapper à la misère où vous ont mené vos idées controversées. Quoi qu’il en soit, je joins à la présente un chèque représentant l’équivalent de mon loyer, pour vous prouver ma bonne foi. Faites-en bon usage, et n’oubliez pas de prendre scrupuleusement toute médication qui pourrait vous être prescrite par un professionnel de la santé.

Lorraine Lorrain, chargée de cours
Département de sociologie
Université du Québec en Déficit

P.J. Chèque de 960$

P.S. Sans endosser vos autres idées, je partage votre antipathie pour Richard Martineau.

Lundi 9 mars : Chronique de Richard Martineau

Vous avez vu le gars qui a bloquer le pont Jacques-Cartier, hier matin, le barbu habillé en Wonder Woman avec son immense banderole où il était écrit : Dora l’exploratrice mon cul ?

Vous avez vu la réaction des groupes de femmes ? « C’est un geste pour dénigrer la journée de la femme, ça montre que le combat n’est pas gagné! »

Vous n’êtes pas tannés, vous ? En tout cas, moi j’en ai plein mon casque de me faire traiter de morron chaque fois qu’un cas de psychiatrie bloque le pont.

Pour montrer à quel point ces groupes de pré-frustrées sont dans le champ, le journal a appris qu’aucune plainte ne sera porté contre l’homme costumé, parce qu’il souffrirait d’un épisode de dépression sévère.

Vous êtes pas tannés de ça vous ?

Un dépressif paralyse la ville et va se faire cajoler dans un institut plein d’infirmières et le gars qui ne peut pas payer ses tickets de vitesse va finir à Bordeaux.

Pis paraît que notre Wonder boy est un ancien de l’UQAM qui est devenu mendiant.

Je veux ben croire que ça fait pitié des mendiants, mais comment il a fait pour se payer un costume de Wonder Woman, un lasso jaune pis des bottes de cuir rouge ? D’ailleurs mon collègue, le scab de la page 4, nous apprend qu’il en avait exactement pour 960$ sur le dos.

Moi je me dis que si un sans abri est capable de mettre de côté 960$, il est loin d’être fou !

À bien y penser, un sans le sou qui économise 960 $ c’est mieux qu’Henri Paul Rousseau à la caisse de dépôt qu’on payait des millions pour nous faire perdre des milliards.

Le pire c’est qu’on lui a remis un bonus pour avoir quitté sa job.

La prochaine revendications des groupes de femmes ça va être quoi ? Un bonus pour Monique Jérôme Forget pour la disparition de notre bas de laine ?

Je ne sais pas si c’est juste moi qui a hâte que ça change.

Mais hier c’était la fête de la femme, mais bizarrement, aujourd’hui j’ai comme un gros mal de tête de gars.

Allez sur Canoë pour entendre la chronique de Richard Martineau lue par Marie-Mai en direct de ma maison Rona.